Accueil > France, Géographie économique > L’attractivité des territoires. Théories et réalités

L’attractivité des territoires. Théories et réalités

Référence de l’article :

Gérard-François DUMONT, Laurent CHALARD (2010). « L’attractivité des territoires. Théories et réalités ». Population & Avenir. N°697. Mars-Avril 2010. Pages 14-16.

Contexte :

Cet article reposait sur les principales conclusions d’une étude que nous avions réalisée pour la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, portant sur « la géographie comparative de  l’attractivité des villes moyennes non littorales dans la dynamique régionale des territoires de Provence-Alpes-Côte-d’Azur ». Elle s’inscrivait dans la même logique que l’étude sur les métropoles régionales intermédiaires, mais se voulait plus ambitieuse, mêlant éléments qualitatifs et quantitatifs. Ses conclusions allant a contrario des grandes théories d’économie spatiale, il nous a paru nécessaire d’en publier un résumé.

Résumé :

Deux modèles ont émergé pour décrire l’attractivité des territoires : le modèle centre-périphérie et celui de l’économie résidentielle. Le premier, qui a valu à Paul Krugman le prix Nobel d’économie, considère que diverses raisons poussent l’activité économique à se concentrer sur un nombre limité de villes, qui se trouvent êtres attractives. Selon le second modèle, remis au goût du jour en France par Laurent Davezies, le développement territorial, donc l’attractivité, serait le revenu monétaire capté de l’extérieur par les territoires. Or, l’analyse de l’attractivité des villes moyennes de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, infirme ces deux théories. Elle conduit à l’élaboration d’une typologie finale en cinq catégories : les villes favorisées par des logiques métropolitaines, les villes à l’attractivité fondée sur du tertiaire non marchand et marchand, les villes à dominante tertiaire non marchand et résidentielle, les villes à dominante tertiaire non marchand appuyé par d’autres activités, et les villes en reconversion. En définitive, l’attractivité des villes n’est pas exclusivement dépendante de théories, ce qui signifie que tout territoire à de l’avenir, sous réserve qu’il sache mobiliser ses atouts.

Commentaire :

L’article était ambitieux puisqu’il remettait en cause deux grandes théories économiques en vogue. Sa principale faiblesse était de ne se concentrer que sur une seule région. Plus globalement, l’étude a constitué un nouveau pas dans notre démarche de mise en place d’une méthode d’analyse comparative des territoires. Nous sommes sortis d’une démarche purement statisticienne, ayant compris que l’attractivité s’exprimait aussi par des éléments qualitatifs (la qualité de l’aménagement urbain par exemple) difficilement quantifiables.  

Impact :

1) Cité en bibliographie page 22 dans « Quel avenir économique face à la crise ? ». Avril 2010. Les conférences débat du conseil de développement du Pays de Lorient. Note de synthèse.

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :