Archive

Archive for the ‘Géographie urbaine’ Category

La géographie des plus fortes croissances urbaines

Référence : 

CHALARD L. (2017). « La géographie des plus fortes croissances urbaines ». Population & Avenir. N°735. Novembre-décembre 2017. Pages 4-8 et 24.

Contexte :

Six ans après plusieurs articles sur les communes françaises connaissant les plus fortes croissances démographiques, qui reposaient sur des données couvrant la période 1975-2006, il convenait de réactualiser la question, avec les données les plus récentes couvrant la période 2006-2014, l’objectif étant de déterminer si les politiques publiques visant à la densification urbaine ont eu une efficacité et si les boomburbs et autres baby boomburbs apparaissent toujours aussi dynamiques.

Résumé :

A venir.

 

Publicités

Dis-moi où tu habites, je te dirai comment tu vis

Référence :

CHALARD L. (2014). « Dis-moi où tu habites, je te dirai comment tu vis ». in Le Monde hors-série. L’Atlas de la France et des français. Pages 106-107.

Contexte :

Demande de la rédaction de l’Atlas de la France et des français, il s’agissait de faire une synthèse des principales dynamiques territoriales et urbaines de la France d’aujourd’hui, avec pour objectif de dire des choses partiellement différentes de ce qui a déjà été dit, sinon cela ne présentait aucun intérêt. Ce fut l’occasion de reparler des concepts de périurbain subi et choisi, médiatisés, mais pas toujours bien compris.

Catégories :France, Géographie urbaine Étiquettes :

Ecoquartiers : trois mythes à déconstruire

Référence :

CHALARD L. (2013). « Ecoquartiers : trois mythes à déconstruire ». La Revue Parlementaire. N°947. Pages 26-27. Janvier 2013. URL : http://www.larevueparlementaire.fr/pages/RP947/rp947-enjeux-ecoquartiers.html

Contexte :

Faisant suite à ma tribune sur les écoquartiers franciliens, les ghettos du futur, qui avait paru dans Le Figaro, j’ai été contacté par la Revue Parlementaire pour prolonger la discussion. ne souhaitant pas redire ce que j’avais déjà exposé précédemment, il m’a paru pertinent d’écrire un article plus théorique, exposant la faiblesse des présupposés d’urbanisme à la base de la politique des écoquartiers.

Résumé :

A venir.

Les villes-champignons non périphériques en France : une géographie littorale

Référence :

CHALARD L. (2012). « Les villes-champignons non périphériques en France : une géographie littorale ». Population & Avenir. N°706. Janvier-Février 2012.

Contexte :

Suite à la réalisation de mes articles sur les boomburbs et les baby boomburbs, concernant les communes françaises connaissant les plus fortes croissances démographiques, il s’est avéré l’existence d’un résidu de communes non périphériques, qu’il convenait donc d’étudier.

Résumé :

A venir.

Commentaire :

A venir.

Impact :

Après le succès certain des concepts de boomburbs et de baby boomburbs, il était évident que l’intérêt pour la question serait moindre, d’autant que cet article ne conduit pas à la création d’un nouveau concept, démontrant juste l’existence d’une forte croissance démographique dans les stations balnéaires, élément déjà mis en avant par la recherche.

Périurbanisation et explosion des anciens cadres politiques : l’exemple du canton de Saint-Lys

Référence :

CHALARD L. (2011). « Périurbanisation et explosion des anciens cadres politiques : l’exemple du canton de Saint-Lys ». in Périurbanisation, durabilité et créativité. Les Cahiers de l’Association de Prospective Rhénane 2011-2. Pages 137-146.

Contexte :

Article tiré de ma thèse, j’en avais écrit une première version en 2008 que je n’avais pas réussi à publier dans une revue de géographie toulousaine, car mes conclusions ne plaisaient pas aux géographes locaux, très (trop ?) liés politiquement aux élus locaux. Une invitation à un colloque sur la périurbanisation à Strasbourg organisée par Raymond Woessner fut l’occasion de la publier.

Résumé :

Territoire périurbain situé à l’ouest de l’aire urbaine toulousaine, le canton de Saint-Lys s’est fortement transformé depuis trente ans, avec l’émergence de Fonsorbes comme commune la plus peuplée et une dissociation entre communes « rurales » et « urbaines ». En conséquence, sur le plan politique, les tensions ont été très vives lors du projet de création d’une communauté de communes sur le périmètre du canton au début des années 2000, aboutissant à l’explosion de ce dernier, chaque commune choisissant une structure de coopération intercommunale différente. Le canton de Saint-Lys semble constituer un exemple-type des modifications politiques apportées par la périurbanisation, qui se retrouvent dans le reste de l’aire urbaine toulousaine.

Commentaire :

Le principal intérêt de cette contribution était de montrer que les évolutions géographiques des territoires périurbains sont à l’origine de profonds bouleversement politiques car la périurbanisation met en concurrence les communes pour attirer population et activités économiques.

Impact :

L’impact a été quasiment nul jusqu’ici, étant publié dans un ouvrage collectif.

Baby boomburbs à la française

Référence :

Laurent CHALARD (2011). « Baby boomburbs à la française ». Population & Avenir.  N°705. Novembre-Décembre 2011. Pages 15-17.

Contexte :

Au mois de mars avait paru un article déterminant une liste de 54 boomburbs en France, que j’ai complété avec ce nouvel article par une liste de communes présentant les même caractéristiques, mais moins peuplées (moins de 10 000 habitants).

Résumé :

A venir.

Commentaire :

L’objectif de cet article était de montrer que le phénomène des boomburbs n’est pas prêt de se terminer puisque de nombreuses communes moins peuplées s’inscrivent dans la même logique, dont certaines finiront par devenir des boomburbs. En outre, leur géographie montrait l’importance de ces communes en Bretagne, nouvel eldorado de l’étalement urbain. C’est une deuxième étape dans l’étude du phénomène, avant des articles plus détaillés concernant des études de cas et les caractéristiques socio-démographiques de ces villes.

Impact :

L’article étant secondaire par rapport à celui sur les boomburbs, il en a bien évidemment eu un impact beaucoup moindre. Cependant, il a quand même fait l’objet d’un long article dans la presse régionale concernant le cas particulier de Buxerolles, baby boomburbs en passe de devenir un boomburbs.

Catégories :France, Géographie urbaine Étiquettes :

Faire de Nantes une grande métropole, un enjeu majeur pour la France

Référence de la tribune :

Laurent CHALARD (2011). « Faire de Nantes une grande métropole, un enjeu majeur pour la France ».  Les Echos.fr. 26 octobre 2011. URL : http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/territoires/221139286/faire-nantes-grande-metropole-enjeu

Contexte :

Parallèlement à la tribune sur l’hypercroissance, j’avais en tête un texte concernant Nantes suite à l’article sur l’armature urbaine de l’emploi en France. Ce dernier montrait que Nantes était la seule agglomération française qui pouvait devenir une grande métropole, en plus de celles existantes. Il m’a donc paru nécessaire de fournir des éléments pour que cela puisse devenir une réalité.

Résumé :

La tribune est consultable en intégralité au lien ci-dessus.

Commentaire :

Première tribune concernant une question d’aménagement du territoire, elle m’a incité à en réaliser d’autres, ayant de nombreuses idées en tête. En effet, l’aménagement du territoire est un domaine en cours de marginalisation, où les idées se renouvellent peu, la vision centre/périphérie (Paris/reste de la France) demeurant dominante. Pourtant, la géographie de la France évolue, nécessitant l’adoption de nouvelles visions.

Impact :

La tribune a beaucoup intéressé les acteurs locaux nantais, qui m’en ont fait part par email. Elle a été le texte le plus tweeté à Nantes le jour de sa parution.

1) Mis en lien sur le facebook de l’Institut Kervégan.