Faire de Nantes une grande métropole, un enjeu majeur pour la France

Référence de la tribune :

Laurent CHALARD (2011). « Faire de Nantes une grande métropole, un enjeu majeur pour la France ».  Les Echos.fr. 26 octobre 2011. URL : http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/territoires/221139286/faire-nantes-grande-metropole-enjeu

Contexte :

Parallèlement à la tribune sur l’hypercroissance, j’avais en tête un texte concernant Nantes suite à l’article sur l’armature urbaine de l’emploi en France. Ce dernier montrait que Nantes était la seule agglomération française qui pouvait devenir une grande métropole, en plus de celles existantes. Il m’a donc paru nécessaire de fournir des éléments pour que cela puisse devenir une réalité.

Résumé :

La tribune est consultable en intégralité au lien ci-dessus.

Commentaire :

Première tribune concernant une question d’aménagement du territoire, elle m’a incité à en réaliser d’autres, ayant de nombreuses idées en tête. En effet, l’aménagement du territoire est un domaine en cours de marginalisation, où les idées se renouvellent peu, la vision centre/périphérie (Paris/reste de la France) demeurant dominante. Pourtant, la géographie de la France évolue, nécessitant l’adoption de nouvelles visions.

Impact :

La tribune a beaucoup intéressé les acteurs locaux nantais, qui m’en ont fait part par email. Elle a été le texte le plus tweeté à Nantes le jour de sa parution.

1) Mis en lien sur le facebook de l’Institut Kervégan.

Les territoires de l’hypercroissance : nécessité, hasard et… écosystème !

Référence de la tribune :

Laurent CHALARD, François LAINEE, Patrick RICHER (2011). « Les territoires de l’hypercroissance : nécessité, hasard et… écosystème !  ». Les Echos.fr. 21 octobre 2011. URL : http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/politique-economique/221139079/territoires-hypercroissanc

Contexte :

Grâce à une connaissance commune, j’ai rencontré François Lainée, qui réalisait avec Patrick Richer des tribunes sur les entreprises en hypercroissance dans Le Nouvel Economiste. Je lui ai proposé de mettre nos compétences en commun pour essayer de déterminer une géographie de ces entreprises. Il a accepté et nous avons décidé de proposer notre tribune au quotidien Les Echos, qui l’a publié sur son site internet.

Résumé :

La tribune est consultable en intégralité au lien ci-dessus.

Commentaire :

Cette tribune nous a permis d’avoir ensuite un accès privilégié pour la publication de tribunes sur le site internet du quotidien Les Echos, ce qui fut donc un résultat très positif pour chacun, d’autant que nous avions d’autres textes plus ou moins prêts.

Mézères : la fin de l’espace rural profond ?

Référence de l’article :

Laurent CHALARD (2011). « Mézères, la fin de l’espace rural profond ? ». LeMonde.fr . 20 octobre 2011. URL : http://monde-rural.blog.lemonde.fr/2011/10/20/mezeres-temoin-de-levolution-recente-de-lespace-rural/

Contexte :

Dans le cadre du projet éditorial « Une année en France » de la rédaction du quotidien Le Monde, j’avais rencontré deux journalistes du journal dans ma commune de résidence. Un d’entre eux effectuait aussi un blog sur son village d’origine, Mézères en Haute-Loire. Dans ce cadre, je lui ai proposé de lui en faire un petit diagnostic territorial, qui pourrait éventuellement l’aider dans ses enquêtes de terrain. Il a accepté et a finalement publié le texte en intégralité, ce qui n’était pas prévu au départ.

Résumé :

L’article est consultable en intégralité au lien-ci-dessus.

Commentaire :

Premier article consacré exclusivement à l’espace rural, il m’a confirmé dans l’interrogation sur les découpages de l’Insee et plus globalement sur la nécessité de revoir les découpages villes/campagnes. Face à l’urbanisation des campagnes, rare sont aujourd’hui les territoires ruraux qui ne se situent pas sous l’influence d’une ville, quelle que soit sa taille. En conséquence, il n’est plus possible d’utiliser les données de l’Insee, qui définisent de manière trop extensive la ville et n’ont donc plus aucune signification.

L’armature urbaine de l’emploi en France. Un basculement géographique

Référence de l’article :

Laurent CHALARD, Gérard-François DUMONT (2011). « L’armature urbaine de l’emploi en France. Un basculement géographique ». Population & Avenir. N°704. Septembre-octobre 2011. Pages 4-7 et 20.

Contexte :

Jusqu’ici, les études de géographie urbaine s’étaient contentées de comparer les agglomérations françaises en fonction de leur taille démographique, mais il n’avait jamais été mené une étude globale concernant leur nombre d’emplois (il y en avait eu concernant leur PIB). En conséquence, il apparaissait intéressant de réaliser ce travail avec pour double objectif de déterminer la hiérarchie urbaine selon le nombre d’emplois et de voir son évolution récente. L’article reposait sur les données issues des recensements réalisés par l’Insee.

Résumé :

Les 111 villes de France métropolitaine comptant plus de 25 000 emplois en 2007  cumulent 61,3 % du total, soit plus que leur part dans la population nationale. Il émerge une hiérarchie urbaine selon le nombre d’emplois partiellement différente de la hiérarchie selon le nombre d’habitants. Si Paris demeure l’incontestable première, par contre Lyon domine Marseille, qui sont suivies par quatre métropoles (Lille, Toulouse, Nice et Bordeaux) comptant plus de 350 000 emplois. Nantes, en huitième position apparaît distancée. Derrière, la hiérarchie selon le nombre d’emplois distingue des gagnants (comme Rennes, Dijon ou encore Caen) de perdants (comme Douai-Lens ou Valenciennes) par rapport à l’armature urbaine du peuplement. L’étude de l’évolution du nombre d’emplois entre 1999 et 2007 montre un renforcement de la concentration des emplois dans les villes, à l’inverse de ce qui se constate pour la population, une déconcentration, à travers le phénomène de périurbanisation. Les plus fortes croissances du nombre d’emplois se concentrent à l’ouest d’une ligne Le Havre-Marseille (la palme revenant à Toulouse), et les plus faibles à l’est de cette même ligne (le bonnet d’âne étant pour Forbach), constituant un négatif. Ce basculement géographique de l’emploi s’explique par le taux d’industrialisation. Les villes du nord-est les plus industrialisées historiquement connaissent un faible dynamisme de l’emploi, consécutif au processus de désinsdustrialisation, contrairement aux villes du sud-ouest peu industrialisées à l’origine, qui bénéficient de la tertiarisation de l’économie et de l’implantation des activités de haute-technologie. 

Commentaire :

Cet article a remis au goût du jour la ligne Le Havre-Marseille, quelque peu oubliée des géographes depuis les années 1990, du fait de son apparent effacement. Indirectement, ce dernier témoigne en fait de sa pérennité, puisque les évolutions des villes se situant de part et d’autre de la ligne sont divergentes, du fait du poids des héritages historiques dans leur tissu économique. En effet, le fait que Toulouse soit en passe de dépasser Lille pour le nombre d’emplois constitue un retournement historique majeur depuis la Révolution Industrielle.

Impact :

L’article montrant clairement le basculement géographique du territoire français, a eu en conséquence un impact important, étant cité dans la presse nationale.

1) Les Echos. 7 septembre 2011. Rubrique « collectivités locales ». Page 6. « La France de l’emploi a basculé à l’ouest d’une ligne Le Havre-Marseille ». Philippe Moreau. URL : http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201612902764-la-france-de-l-emploi-a-bascule-a-l-ouest-d-une-ligne-le-havre-marseille-215493.php

2) Site de la CCI de Reims. « France de l’emploi a basculé à l’ouest d’une ligne Le Havre-Marseille ». URL : http://www.reims.cci.fr/actualite/revue-de-presse/la-france-de-l-emploi-a-bascule-a-l-ouest-d-une-ligne-le-havre-marseille.-article24162.html

3) elunet.org « L’armature urbaine de l’emploi en France ». Mercredi 7 septembre 2011. URL : http://www.elunet.org/spip.php?article19398

4) Mérézo Normandie. Ressources Humaines. «  La France de l’emploi a basculé à l’ouest d’une ligne Le Havre-Marseille ». 7 septembre 2011. URL : http://www.merezo-normandie.com/revue/56174-la-france-de-l-emploi-a-bascule-a-l-ouest-d-une-ligne-le-havre-marseille

5) En Essonne Réussir. 7 septembre 2011. URL : http://www.reussir91.com/la-france-de-l-emploi-bascule-l-ouest-d-une-ligne-le-havre-marseille b

6) manpowergroup.fr « La France de l’emploi a basculé à l’ouest ». 8 septembre 2011. URL : http://www.manpowergroup.fr/la-france-de-lemploi-a-bascule-a-louest/

7) Blog Les secrets de Saint Pierre. « Paris et le désert français ? ». 9 septembre 2011. URL : http://lessecretsdesaintpierre.blogs.letelegramme.com/archive/2011/09/09/paris-et-le-desert-francais.html#more

8 ) Charentelibre. Rubrique Région. 13 septembre 2011.

9) Blog des consultants Apec. « Où aller travailler ». 19 septembre 2011. Pierre Marzin. URL : http://blog-experts.cadres.apec.fr/2011/09/19/ou-aller-travailler/#more-3762

10) Site du GREF Bretagne. « Emploi. Les régions de l’Ouest et du Sud plus créatrices d’emploi ». 16 septembre 2011. URL : http://www.gref-bretagne.com/Public/revue_de_presse/revue_de_presse_152/10879806381883/emploi._les_regions

11) Emploipro.fr. 20 septembre 2011. « L’emploi croît dans le sud-ouest, pas dans le nord-est ». Lucile Chevalier. URL : http://www.emploi-pro.fr/article/l-emploi-croit-dans-le-sud-ouest-pas-dans-le-nord-est-4105.html

12) Le Point.fr . 25 septembre 2011. Rubrique « Lettres de France ». « Les villes qui concentrent le plus d’emplois ». Jérôme Cordelier. URL : http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jerome-cordelier/les-villes-qui-concentrent-le-plus-d-emplois-25-09-2011-1377175_244.php 

13) Blog CY.TALK Reprise de l’article du Point. Fr 26 septembre 2011. URL : http://nouvelles.cytalk.com/2011/09/les-villes-qui-concentrent-le-plus-demplois/

14) Maurepas Actualités. Octobre 2011. N°125. Page 8. « La structure de l’emploi dans la commune. Le tertiaire domine l’activité ».

15) Themavision.fr . 24 octobre 2011. « L’emploi progresse davantage à l’ouest d’une ligne Le Havre – Marseille ». Gilles Keromnes. URL : http://www.themavision.fr/jcms/rw_272055/l-emploi-progresse-davantage-a-l-ouest-d-une-ligne-le-havre-marseille

16) Fréjus-infos. N°64. Novembre-Décembre 2011. Page 18. « Fréjus. Au Grand Capitou, le pôle BTP renforce le développement économique ».

Des boomburbs en Suisse Romande ?

Référence de la tribune :

Laurent CHALARD (2011). « Des boomburbs en Suisse Romande ? ». Le Temps. Mercredi 31 août 2011. Débats. Page 9. URL : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ee8ba05e-d330-11e0-98b6-e5cca43178b5/Des_boomburbs_en_Suisse_romande

Contexte :

Suite à la parution de l’article sur les boomburbs en France, je me suis penché sur l’existence du phénomène chez notre voisin Suisse, disposant de données démographiques concernant l’ensemble des communes du pays et m’y rendant en vacances. Ma visite sur le terrain m’a confirmé de l’intérêt d’écrire un papier, puisque l’étalement urbain est particulièrement vif en Suisse Romande, à une différence près avec la France, qui est le pourcentage plus élevé de logements collectifs dans les nouvelles périphéries urbaines pour des raisons de coût du logement. N’ayant pas suffissamment de matière pour en faire un article scientifique, j’ai proposé une tribune au quotidien suisse Le Temps, qui l’a acceptée, la thématique de l’étalement urbain faisant régulièrement débat dans la métropole lémanique.

Résumé :

La tribune est consultable en intégralité au lien ci-dessus.

Commentaire :

Cette tribune a constitué un pas important dans ma réflexion concernant les boomburbs, me convaincant de la nécessité d’étudier le phénomène dans les autres pays européens. La France n’est pas le seul pays concerné.

Impact :

1) Collectif gare. 19 septembre 2011 par Redmarco. « Boomburbs ». URL : http://collectif-gare.ch/?p=262

Catégories :Géographie urbaine Étiquettes : , ,

Géographie urbaine de l’exclusion dans les grandes métropoles régionales françaises

Référence de l’ouvrage :

Gérard-François DUMONT, coll. Laurent CHALARD, Julien NESPOLA (2011). Géographie urbaine de l’exclusion dans les grandes métropoles régionales françaises. L’Harmattan. 270 pages.

Contexte :

Cet ouvrage est la version papier quasiment identique de l’étude sur « la géographie de l’exclusion urbaine dans les grandes métropoles régionales françaises » réalisée pour la CNAF, dont nous avions déjà publiée des éléments précédemment.  Bien que totalement différente et inédite, cette recherche est indirectement liée à ma thèse, dans le sens que mes trois terrains d’études de thèse (Marseille, Nice, Toulouse) semblaient (sous réserve d’analyses plus poussées) montrer que les villes-centres étaient plus pauvres que leur périphérie, contrairement au schéma traditionnellement avancé en France (une ville-centre plus riche que sa périphérie). En conséquence, il nous a paru intéressant de proposer cette étude à la CNAF, ce travail n’ayant jamais été effectué. Malheureusement, l’éditeur n’a pas souhaité que mon nom apparaisse sur la couverture, alors que j’en suis l’auteur principal…

Résumé :

Le mieux est de lire la note de lecture de Xavier Leroux : URL : http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article3571    

Commentaire :

La publication de l’ouvrage constituait l’aboutissement d’une étude qui s’est étendue sur plus d’une année, et a été ponctuée de nombreuses péripéties concernant la collecte des données (par exemple, une direction locale d’une CAF ne voulait pas fournir les données concernant son territoire…). Cependant, j’en garde un goût amer, mon nom ne figurant pas sur la couverture…

Impact :

De publication récente, il est encore un peu tôt pour connaître son impact définitif. Cependant, il a déjà fait l’objet de plusieurs notes de lecture et de citations dans la presse mensuelle, ce qui est de bon augure pour la suite.

1) A fait l’objet d’une note de lecture par Xavier Leroux sur le site des Clionautes. 15 juillet 2011. URL : http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article3571    

2) A fait l’objet d’une note de lecture par Matthieu Gimat sur le site nonfiction.fr . Lundi 17 octobre 2011. URL : http://www.nonfiction.fr/article-5107-une_geographie_de_la_pauvrete_urbaine.htm

3) Alternatives Economiques. N°307. Novembre 2011. Cité dans le texte et en NBP 3. « Les villes les plus inégalitaires de France ». Louis Maurin.

4) Sciences Humaines. « France : une exclusion urbaine à l’américaine ? ». Benoît Richard. URL : http://www.scienceshumaines.com/france-une-exclusion-urbaine-a-l-americaine_fr_28079.html

Le Kosovo et le rôle du facteur démographique sur les évolutions géopolitiques

Référence de l’article :

Laurent CHALARD (2011). « Le Kosovo et le rôle du facteur démographique sur les évolutions géopolitiques ». Géostratégiques. N°31.  2° trimestre 2011. Pages 143-155. PDF : www.strategicsinternational.com/31_12.pdf

Contexte :

Suite à la publication de statistiques démographiques historiques détaillées par l’institut de statistique du nouvel état indépendant, le Kosovo, il était possible d’analyser en profondeur le rôle de la démographie sur les évolutions géopolitiques de ce territoire. L’article, qui était déjà plus ou moins écrit depuis deux ans, s’est intégré logiquement dans un numéro de la revue Géostratégiques portant sur les Balkans. 

Résumé :

Le processus d’indépendance du Kosovo a été fortement facilité par les évolutions démographiques de ce territoire. Trois périodes successives permettent de montrer l’existence de différentiels démographiques importants entre populations albanaise et serbe. La première entre 1948 et 1961 laisse apparaître une répartition ethnique relativement stable (2/3 d’albanais, 1/4 de serbes), mais l’étude du mouvement naturel dégage un constat différent puisque l’accroissement naturel des albanais était déjà sensiblement plus élevé, du fait d’une fécondité plus importante. Cependant, cela ne se traduit pas encore sur le plan politique. Au cous de la deuxième période, entre 1961 et 1981, se constate une nette progression du poids relatif de la population albanaise, produit d’un différentiel de mouvement naturel accentué avec les serbes, mais aussi d’une émigration serbe, qui diminue leur part relative dans la population et leur nombre de naissances. En conséquence, les premières revendications politiques albanaises se font jour, conduisant à des émeutes en 1981. Enfin, la troisième période, depuis 1981, voit la poursuite du processus, conduisant à une domination ethnique des albanais écrasante (environ 92 % de la population en 2006 !). En effet, la poursuite de l’émigration serbe, combinée à un moindre croît naturel que les albanais, conduit à leur affaiblissement démographique. Dans ce cadre, la nouvelle donne démographique, extrêmement favorable aux albanais, a favorisé les vélléités d’indépendance du Kosovo, qui se sont traduites dans les faits en février 2008.

Commentaire :

Les données les plus récentes utilisées par l’article reposaient sur une estimation de la population réalisée par l’institut statistique national du Kosovo, avant le recensement. Les résultats de ce dernier ont montré que la population était moins importante que prévue, du fait d’une forte émigration sur le modèle du pays voisin, l’Albanie. Néanmoins, cela ne change pas grand-chose à l’argumentation de l’article puisque le différentiel démographique entre populations albanaise et serbe au Kosovo est ancien.

Impact :

Comme tous les autres articles de démographie politique, son impact a été très faible. Cela s’explique assez simplement par le fait que la démographie politique est une discipline émergente qui n’intéresse (presque) personne  pour l’instant en France. C’est dommage puisque la démographie joue un rôle primordial dans les évolutions géopolitiques internationales, ne serait-ce que dans le déclin actuel de l’Occident.