Archive

Posts Tagged ‘Albanais’

Le Kosovo et le rôle du facteur démographique sur les évolutions géopolitiques

Référence de l’article :

Laurent CHALARD (2011). « Le Kosovo et le rôle du facteur démographique sur les évolutions géopolitiques ». Géostratégiques. N°31.  2° trimestre 2011. Pages 143-155. PDF : www.strategicsinternational.com/31_12.pdf

Contexte :

Suite à la publication de statistiques démographiques historiques détaillées par l’institut de statistique du nouvel état indépendant, le Kosovo, il était possible d’analyser en profondeur le rôle de la démographie sur les évolutions géopolitiques de ce territoire. L’article, qui était déjà plus ou moins écrit depuis deux ans, s’est intégré logiquement dans un numéro de la revue Géostratégiques portant sur les Balkans. 

Résumé :

Le processus d’indépendance du Kosovo a été fortement facilité par les évolutions démographiques de ce territoire. Trois périodes successives permettent de montrer l’existence de différentiels démographiques importants entre populations albanaise et serbe. La première entre 1948 et 1961 laisse apparaître une répartition ethnique relativement stable (2/3 d’albanais, 1/4 de serbes), mais l’étude du mouvement naturel dégage un constat différent puisque l’accroissement naturel des albanais était déjà sensiblement plus élevé, du fait d’une fécondité plus importante. Cependant, cela ne se traduit pas encore sur le plan politique. Au cous de la deuxième période, entre 1961 et 1981, se constate une nette progression du poids relatif de la population albanaise, produit d’un différentiel de mouvement naturel accentué avec les serbes, mais aussi d’une émigration serbe, qui diminue leur part relative dans la population et leur nombre de naissances. En conséquence, les premières revendications politiques albanaises se font jour, conduisant à des émeutes en 1981. Enfin, la troisième période, depuis 1981, voit la poursuite du processus, conduisant à une domination ethnique des albanais écrasante (environ 92 % de la population en 2006 !). En effet, la poursuite de l’émigration serbe, combinée à un moindre croît naturel que les albanais, conduit à leur affaiblissement démographique. Dans ce cadre, la nouvelle donne démographique, extrêmement favorable aux albanais, a favorisé les vélléités d’indépendance du Kosovo, qui se sont traduites dans les faits en février 2008.

Commentaire :

Les données les plus récentes utilisées par l’article reposaient sur une estimation de la population réalisée par l’institut statistique national du Kosovo, avant le recensement. Les résultats de ce dernier ont montré que la population était moins importante que prévue, du fait d’une forte émigration sur le modèle du pays voisin, l’Albanie. Néanmoins, cela ne change pas grand-chose à l’argumentation de l’article puisque le différentiel démographique entre populations albanaise et serbe au Kosovo est ancien.

Impact :

Comme tous les autres articles de démographie politique, son impact a été très faible. Cela s’explique assez simplement par le fait que la démographie politique est une discipline émergente qui n’intéresse (presque) personne  pour l’instant en France. C’est dommage puisque la démographie joue un rôle primordial dans les évolutions géopolitiques internationales, ne serait-ce que dans le déclin actuel de l’Occident.

Le dépeuplement de l’Albanie

novembre 11, 2011 1 commentaire

Référence de l’article :

Laurent CHALARD (2007). « Le dépeuplement de l’Albanie ». Le Courrier des pays de l’Est. N°1061. Mai-juin 2007. Pages 60-68.

Contexte :

Comme ce fut le cas pour l’article concernant la montée des hispaniques aux Etats-Unis, à partir des données téléchargées dans mon temps libre sur les sites internet des instituts statistiques albanais, grec, et italien, j’ai pu reconstituer la dynamique démographique de ce pays européen, relativement méconnu.  Dans ce cadre, j’ai contacté la revue Le Courrier des Pays de l’Est, qui, étant donné son champ géographique, pouvait être intéressée.

Résumé :

L’Albanie se caractérisait en Europe jusqu’à la chute du communisme par la croissance démographique la plus forte, liée à une fécondité très élevée, la rapprochant des pays en voie de développement. Mais, depuis 1990, la population a diminué pour deux raisons. La première tient à la diminution de la fécondité, qui est descendue sous le seuil de remplacement des générations. La seconde, la plus importante, est une émigration considérable. En effet, suite à l’effondrement économique du pays dans les années 1990, deux grandes vagues d’émigration se sont produites et un tiers des Albanais vivent aujourd’hui à l’étranger, en grande majorité en Grèce et en Italie, où leur répartition régionale suit des logiques spécifiques. Ce processus se poursuit aujourd’hui même si les statistiques officielles semblent le minimiser. Cette forte émigration a eu des conséquences importantes dans l’évolution interne de la population, étant à l’origine du dépeuplement inquiétant du sud du pays, et de la relative croissance du littoral. Parallèlement, l’évolution politique et économique a conduit à de forts mouvements migratoires internes, le nord du pays se dépeuplant au profit particulièrement de la capitale Tirana, dont la population a augmenté de 44 % en dix ans.

Commentaire :

Les conclusions de l’article qui tablaient sur la poursuite du dépeuplement n’ont pour l’instant pu être vérifiées, puisque les résultats du dernier recensement de l’Albanie n’ont pas encore paru. Cependant, la forte réduction des naissances depuis l’écriture de l’article laisse penser que nos conclusions se sont confirmées.

Impact :

Cet article a eu un impact important, probablement car il venait combler un vide. On constatera un intérêt marqué par les italiens, qui s’expliquait logiquement par le fait qu’à l’époque les albanais constituait la première nationalité étrangère dans le pays (désormais, ce sont les roumains).

1) A fait l’objet d’une note de lecture dans : Newsletter n°11 (ottobre/novembre 2007) de L’osservatorio sull’Immigrazione in Piemonte. Letture di Claudio Canal.  URL : http://www.piemonteimmigrazione.it/Pop/letture_canal_14.html

2) Site internet de la mairie de Turin. Edition en langue albanaise. 9 novembre 2007. Rubrique scoprire. “L’Albania sempre meno popolata”.

3) Cité par Juliette TENDJOUKIAN (2007) dans la bibliographie et page 17. « Restructuring and growth inAlbania : an institutional approach ». EAEPE Conference 2007. 23 pages.

4) Cité par Aymeric Dordonat (2008). “Albanie : quelles perspectives européennes ?”. Site internet nouvelle-europe.eu. 28 mai 2008. URL : http://www.nouvelle-europe.eu/node/484

5) Cité par Ciro Tappeste (2008) page 14 en note de bas de page 8. « Pogrom antigitanos, agresiones fascistas y represion ». URL : www.ft-ci.org/article.php3?id_article=1302

6) Cité page 160 et dans la bibliographie page 165 par Jean-Guillaume DITTER (2008). « L’Albanie : de l’autarcie à la mondialisation ». Eurorient n°27, 2008. L’Harmattan. 274 pages.

7) Cité par Gérard-François DUMONT (2008). « Les facteurs des inégalités alimentaires dans le monde ». Livre Nourrir les Hommes de Gabriel Wackermann, Ellipses, 264 pages.

8 ) Cité par Annie-Claude LABRECQUE dans le texte et en bibliographie (2010). « Les études urbaines dans les Balkans ». http://www.vrm.ca/Cap_Balkans.asp?ID=1275&Pages=7&Nouv=1

9) Cité sur le blog Sur le rebord du monde. Dimanche 5 septembre 2010. http://surlerebordumonde.blogspot.com/2010_09_01_archive.html

10) Cité dans le texte et en bibliographie par Camille SCHMOLL (2010). « Vieillissement et migrations, réflexions à partir de la Basilicate et de la Bretagne » in M. BARON, E. SABOT, C. GRASLAND, D. RIVIERE, G. VAN HAMME. Villes et régions européennes en décroissance, Hermes, 2010, 368 pages.