Archive

Posts Tagged ‘Déclin urbain’

Croissance et décroissance des villes françaises. La typologie des évolutions démographiques

Référence de l’article :

Gérard-François DUMONT, Laurent CHALARD (2010). « Croissance et décroissance des villes françaises. La typologie des évolutions démographiques ». Population & Avenir. N°699. Septembre-Octobre 2010. Pages 4-7 et 20.

Contexte :

Le sujet « la France en Villes » étant toujours inscrit au concours CAPES/Agrégation de géographie, il nous a paru pertinent de publier, en complément de notre ouvrage, un article concernant l’évolution démographique des agglomérations françaises sur le long-terme, chose que nous n’avions pas abordée dans le livre et qui n’avait pas été faite depuis bien longtemps. L’objectif était de se concentrer sur les extrêmes, c’est à dire les unités urbaines connaissant une forte croissance de leur population et celles voyant cette dernière diminuer le plus fortement.

Résumé (source Urbamet) :

En 2006, la France compte 117 unités urbaines de plus de 50 000 habitants qui regroupent plus de la moitié de la population. 25 unités urbaines ont connu une croissance démographique élevée entre 1975 et 2006 (plus de 25 %). La géographie de ces 25 villes présente une forte concentration territoriale puisqu’elles se répartissent dans seulement dix régions sur vingt-deux et deux régions en regroupent onze. 21 de ces 25 villes se situent dans les régions de la moitié sud de la France. L’analyse de ces 25 unités urbaines permet de déterminer trois types d’unités urbaines dont la logique de croissance démographique est différente : sept villes-satellites d’une métropole, six villes bénéficiant d’un cadre de vie agréable et douze portées par une attractivité économique. Dans le même temps, 28 unités urbaines enregistrent une diminution de leur population entre 1975 et 2006, 14 de ces villes étant situées dans le quart nord-est de la France. Les types des unités urbaines en déclin démographique ont un lien avec l’économie mais qui s’avère différent selon les unités urbaines : villes en difficultés de reconversion face au déclin d’une activité économique auparavant dominante, dix villes confrontées à des restructurations industrielles et trois villes en difficultés de diversification.

Commentaire :

Cet article confirmait définitivement l’existence d’une France urbaine duale, opposant des agglomérations en forte croissance démographique, principalement localisées au sud et à l’ouest, à des agglomérations en déclin, situées dans le nord-est. Il convient désormais pour le futur d’approfondir pour chaque groupe de communes, les facteurs explicatifs de ces évolutions divergentes. 

Impact :

L’article a eu un impact important, étant cité plusieurs fois dans la presse nationale, et même en langue étrangère.

1) Les Echos. 11 octobre 2010. Rubrique Collectivités Locales. Page 6. « Les villes françaises les plus attractives sont dans le sud ». Philippe Moreau.

2) The Connexion. October 11, 2010. « Fréjus is France’s top growth town ». URL : http://www.connexionfrance.com/frejus-saint-raphael-var-population-growth-fastest-town-france-12148-view-article.html

3) Lavieimmo.com. 12 octobre 2010. “Les villes du sud en forte croissance démographique”. André Figeard. URL : http://www.lavieimmo.com/immobilier-frejus-33988/les-villes-du-sud-en-forte-croissance-demographique-8847.html

4) Couleurgeek. 12 octobre 2010. « Classement des villes les plus peuplées en France : Le Sud attractif ! ». URL : http://www.couleurgeek.com/19928-classement-des-villes-les-plus-peuplees-en-france-le-sud-attractif/20101012.html

5) Cité dans le blog Dorffer-patrick.com. 13 octobre 2010. « Alsace : Haguenau, 11° ville de France la plus attractive ». URL : http://www.dorffer-patrick.com/article-haguenau-11eme-ville-de-france-la-plus-attractive-58815604.html

6) Emploipro.fr. 13 octobre 2010. « Les villes du sud attirent les salariés ». Lucile Chevalier. URL : http://www.emploi-pro.fr/article/les-villes-du-sud-attirent-les-salaries-3625.html

7) Revue mise en ligne sur le site crevilles.org. 14 octobre 2010. URL : http://crevilles.org/mambo/index.php?option=com_content&task=view&id=5509&Itemid=203

8 ) Cité sur le site internet de la ville de Haguenau dans la rubrique Actualités. « Haguenau parmi les 25 villes françaises les plus attractives ».

9) Articles des Echos mis en ligne sur « saumur-kiosque.com » dans la rubrique Revue de Presse-Vie de la Cité. URL : http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=5032 

10) Cité dans le journal Le Télégramme.com. Rubrique Vannes Ville. 26 octobre 2010. « Nouveaux ménages. Vannes toujours attractive ! ». URL : http://www.letelegramme.com/local/morbihan/vannes-auray/vannes/nouveaux-menages-vannes-toujours-attractive-26-10-2010-1095919.php

11) Cité dans Le Point.fr. 9 novembre 2010. « Logements. Les prix s’envolent ». Laurence Allard. URL : http://www.lepoint.fr/immobilier/les-prix-s-envolent-09-11-2010-1260222_31.php

12) Cité sur le site www.french-property.com . Tuesday 01 february 2011. « Top 20 growth towns and cities ». URL : http://www.french-property.com/news/french_property/france_population_growth_towns_cities/

13) Cité sur un site d’immobilier russe. 12 octobre 2010. URL : http://www.stranaplus.ru/frezhus-–-gorod-s-samym-bolshim-prirostom-naseleniya-vo-frantscii.html

Publicités

Le bilan démographique des maires

novembre 12, 2011 1 commentaire

Référence de l’article :

Laurent CHALARD, Gérard-François DUMONT (2008). « Le bilan démographique des maires ». Population & Avenir. N°686. Janvier-Février 2008. pages 4-8 et 20.

Contexte :

A la veille des élections municipales de 2008, il semblait pertinent de réaliser un article comparant les évolutions démographiques des grandes communes françaises depuis 1999. Il s’agissait de bien distinguer les communes en croissance de celles déclinantes, en s’appuyant sur des facteurs explicatifs. L’article reposait toujours sur les données provisoires du recensement rénové.

Résumé (source Urbamet) :

Pour 376 communes de 20 000 habitants ou plus, il est possible de comparer l’évolution démographique de la population de leurs ménages entre 1999 et 2005. Ces communes qui comptabilisent plus du tiers de la population de la France métropolitaine ont une croissance démographique en moyenne inférieure à la moyenne nationale. Deux grands types se distinguent : les communes périurbaines ou paraurbaines ont une croissance supérieure à la moyenne nationale alors que les communes centres ont une croissance inférieure à la moyenne nationale. 21 communes sur 25 qui ont une croissance égale ou supérieure à 10 % sont en Ile-de-France et 18 d’entre elles sont en Petite couronne. Parmi les 25 communes qui ont connu un accroissement démographique entre 7,7 et 9,8 %, on trouve 15 communes franciliennes dont 10 en petite couronne. Les communes qui ont une forte diminution de population se trouvent au nord-est de la France.

Commentaire :

Cet article généraliste distinguait clairement les communes en croissance et les communes en déclin démographique. Son plan m’a servi de modèle pour l’article publié deux ans plus tard portant cette-fois ci sur les agglomérations et sur une période beaucoup plus longue. Cette recherche m’a conforté dans l’intérêt de consacrer une partie de mon travail à l’étude du déclin urbain, et pas seulement de la croissance.

Impact :

L’impact de l’article fut réel, étant cité deux fois dans la presse nationale. Ce fut la première fois que mon nom apparaissait, ce qui constituait le début d’une certaine reconnaissance de mon travail. Les Echos ont consacré une page entière à l’article, abordant uniquement la thématique du déclin urbain. Dans Sciences Humaines, ce n’était qu’un petit article.

1) Les Echos. 12 février 2008. Rubrique Population – Collectivités Locales – Emploi. Page 5. « Les villes sont souvent démunies face à la diminution de leur population ». Philippe Moreau.

2) Sciences Humaines. Avril 2008. N°192. Rubrique Actualité de la recherche. Page 18. « Les villes qui gagnent et celles qui perdent ». Benoît Richard. URL : http://scienceshumaines.com/les-villes-qui-gagnent-et-celles-qui-perdent-benoit-richard_fr_22103.html

3) Cité dans le Blog Alfortville Confluence. « La croissance démographique d’Alfortville : gestion ou pression foncière incontrôlée ? ». 3 octobre 2008. URL :  http://alfortvilleconf.canalblog.com/tag/population

4) Cité en bibliographie dans le chapitre 2 par E. CUNNINGHAM-SABOT, S. FOL (2010). « Vieillissement et migrations, réflexions à partir de la Basilicate et de la Bretagne » in M. BARON, E. SABOT, C. GRASLAND, D. RIVIERE, G. VAN HAMME. Villes et régions européennes en décroissance, Hermes, 2010, 368 pages.

Des villes françaises en net déclin démographique. Le cas de communes anciennement industrielles.

novembre 10, 2011 1 commentaire

Référence de l’article :

Laurent CHALARD (2007). « Des villes françaises en net déclin démographique. Le cas de communes anciennement industrielles ». Population & Avenir. N°683. Mai-Juin 2007. Pages 15-19.

Contexte :

L’Insee ayant fourni un fichier excel de la population de toutes les communes françaises à chaque recensement entre 1962 et 1999, il m’a été possible d’effectuer leur classement en fonction des taux de croissance démographique. Ce classement réalisé, j’ai distingué parmi les nombreuses communes en fort déclin démographique, celles urbaines, c’est-à-dire qui comptaient au moins 2000 habitants en 1962. Il s’avérait que toutes les communes concernées étaient à dominante industrielle au départ, d’où le titre.

Résumé (quotidien Les Echos du 12 juin 2007) :

Cinquante-huit communes jadis industrielles connaissent depuis près de cinquante ans un net déclin démographique. La majorité se concentre en Lorraine et dans le Massif central.

Ville ne rime pas toujours avec croissance démographique, selon une étude de la revue « Population & Avenir », qui se penche sur l’évolution de la population de communes industrielles entre 1962, amorce du déclin démographique dans plusieurs bassins industriels, et 1999, date du dernier recensement exhaustif. Le rapport dénombre 58 communes anciennement industrielles dont la population a diminué d’au moins un tiers sur la période. La Lorraine et un grand Massif central sont touchés de plein fouet, regroupant les trois quarts des villes concernées.

Cette forte concentration géographique découle de la répartition inégale de l’industrie en France du XIXe siècle jusqu’aux années 1960, essentiellement basée dans la moitié est du pays. La seconde raison pointe les problèmes de reconversion. Le déclin ne se constate que lorsque l’économie locale, basée sur une mono-activité ayant périclité, n’a pas été remplacée.

La Lorraine détient le record du nombre de villes en déclin avec 24 points noirs, soit 40 % de l’ensemble. Celles-ci, principalement situées en Meurthe-et-Moselle (17), ont connu une baisse moyenne de 40 % de leur population et correspondent au bassin ferrifère lorrain.

Trois ensembles sont particulièrement frappés : la vallée de l’Orne, qui se caractérisait par ses usines sidérurgiques et métallurgiques, les bassins miniers ferrifères de Bouligny-Tucquegnieux et enfin le bassin de Longwy, dont le programme européen de reconversion n’a pas encore enrayé le processus de dépeuplement. Le Massif central connaît le déclin le plus intense. Les 21 communes de la zone (dans le Gard, le Tarn, l’Aveyron et le Puy-de-Dôme) ont vu chuter leur population en moyenne de moitié entre 1962 et 1999. La perte démographique concerne essentiellement des bassins houillers, tels ceux d’Alès, de Decazeville et de Carmaux. Le déclin a aussi touché des villes à dominante textile.

Dans le reste du territoire métropolitain, les 13 communes restantes sont surtout minières. Le Nord-Pas-de-Calais n’en compte que 5 mais l’Isère 2. Sochaux ayant un profil particulier. Le dépeuplement n’est pas là lié à un effondrement économique mais aux réductions importantes de main-d’oeuvre, non compensées par le développement suffisant d’autres activités. L’étude confirme que l’adaptation et la diversification des activités sont une des clefs de la pérennité d’une ville.

I. F.

Commentaire :

L’article a joué un rôle important dans la progression de ma réflexion intellectuelle, puisque c’est la première fois que j’abordais la thématique du déclin urbain. Il m’a permis de voir que la France n’était pas épargnée par le phénomène, ce qui avait été plus ou moins ignoré jusqu’ici dans la recherche urbaine en France. C’est avec cet article que j’ai pu prendre ensuite contact avec d’autres géographes travaillant sur la thématique du déclin urbain dans le monde, comme Sylvie Fol et Emmanuèle Sabot, ou travaillant sur les villes concernées mais avec un angle d’approche paysager. comme Simon Edelblutte. 

Impact :

Ce fut le premier article que j’ai réalisé seul cité dans la presse nationale, en l’occurence Les Echos. Malheureusement, ma notoriété étant presque nulle à l’époque, le journaliste n’a pas cité le nom de l’auteur de l’article, mentionnant juste Population & Avenir.

1) Les Echos. 12 juin 2007. Rubrique Régions. Page 7. « La Lorraine et le Massif Central touchés par le déclin des petites villes ». I.F.

2) Cité par Simon EDELBLUTTE dans le texte page 359 et en bibliographie page 367. « La reconversion des anciennes villes-usines européennes, ou la question de la survie urbaine ». BAGF. 2010-3.