Archive

Posts Tagged ‘Vieillissement’

Perspective de la composition par âge en France. Un vieillissement très inégal selon les territoires urbains et ruraux.

Référence de l’article :

Gérard-François DUMONT, Laurent CHALARD (2009). « Perspective de la composition par âge en France. Un vieillissement très inégal selon les territoires urbains et ruraux ». Population & Avenir. N°690. Janvier-Février 2009. Pages 16-19.

Contexte :

Cet article est le résumé d’une étude intitulée « L’évolution territoriale du vieillissement et de la dépendance en France à l’horizon 2030. Quelles différences selon les départements urbains et ruraux ? », que nous avions réalisée pour Intermutuel Assurances. L’objectif était de présenter ses principaux résultats, c’est à dire l’existence de différences sensibles d’évolution selon le type de départements. L’étude utilisait les projections démographiques à l’horizon de 2030 publiées par l’Insee suite au recensement de 1999.

Résumé :

Cet article prospectif repose sur l’étude d’un échantillon de 28 départements de France métropolitaine : les 14 plus urbains et les 14 plus ruraux. D’ici 2030, se produirait un large éventail d’intensité du vieillissement selon les territoires urbains (le plus fort en Grande couronne parisienne et le plus faible à Paris et dans les Hauts-de-Seine) et surtout un vieillissement toujours plus intense que la moyenne nationale dans les territoires ruraux (en particulier dans le Cantal et en Haute-Marne). Par contre, il se produirait une augmentation plus élevée du nombre des personnes âgées dans les territoires urbains, les dix gérontocroissances les plus faibles se trouvant dans une majorité de départements ruraux (sept) et seulement trois départements urbains. En conséquence, l’augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes serait plus forte dans les territoires urbains que ceux ruraux, contrairement à une opinion répandue dans le grand public, ce qui nécessitera l’adaptation des capacités d’accueil dans les départements concernés. En définitive, les analyses conduites mettent en évidence quatre enjeux pour le futur : l’adaptation des acteurs du secteur de la dépendance à des caractéristiques démographiques inédites en 2030, l’application du principe de subsidiarité (c’est à dire l’adaptation des politiques à la diversité des réalités locales), la nécessaire solidarité entre les territoires, et la mise en place d’une approche intergénérationnelle.     

Commentaire :

L’étude des projections démographiques de l’Insee à l’échelle infra-nationale ne présente guère d’intérêt sur le plan scientifique puisque les projections s’avèrent bien souvent à l’arrivée complètement erronées, du fait de la forte variation du mouvement migratoire à l’échelle locale dans le temps. Par contre, pour les personnes âgées, les projections sont rarement bien éloignées de la réalité, les migrations étant limitées et leur nombre de départ étant connu, d’où leur intérêt. La seule interrogation concerne le nombre de personnes âgées dépendantes, car, par définition, il est impossible de prévoir l’évolution du taux de dépendance dans le temps. On ne peut qu’émettre des hypothèses.

Impact :

Il fut limité, bien que sujet d’actualité, probablement du fait d’une parution en avance par rapport au moment où la dépendance est devenue un débat national. L’impact d’un travail est fortement corrélée à l’actualité du moment.

Publicités

La démographie de la France en 2007 : longévité accrue et baisse des naissances

Référence de l’article :

Laurent CHALARD (2008). « La démographie de la France en 2007 : longévité accrue et baisse des naissances ». Population & Avenir. N°687. Mars-Avril 2008. Pages 17-19.

Contexte :

Deuxième bilan démographique annuel réalisé, l’objectif était de ne pas se répéter par rapport à l’année précédente, ce qui signifiait attaquer le problème sous un angle différent. Pour 2007, cela ne fut pas trop compliqué, puisque le fait marquant (la baisse des décès) n’était pas le même qu’en 2006 (la hausse des naissances).

Résumé :

L’un des principaux enseignements des années 2000, avec la hausse de la fécondité, est la mortalité basse, conséquence d’une hausse de l’espérance de vie plus importante que prévue, la canicule de 2003 se présentant comme un « accident ». Cette situation peut s’expliquer par plusieurs raisons : les progrès continus de la médecine, la réduction de la consommation de tabac et d’alcool, et l’arrivée des premières générations âgées du baby boom qui ont connu des conditions de vie bien meilleures que leurs aïeuls… On peut dorénavant émettre l’hypothèse que, sauf catastrophe, cette génération devrait battre tous les records de longévité de l’espèce humaine.

Commentaire :

L’intérêt de cet article était de montrer que derrière les discours catastrophistes véhiculés par les médias suite à la canicule de 2003, se cachaient une réalité toute autre, qui était la forte progression de l’espérance de vie.

L’Allemagne encore divisée… démographiquement

Référence de l’article :

J. SCHMID, avec le concours de Laurent CHALARD (2006). « L’Allemagne encore divisée… démographiquement ». Population & Avenir. N°678. Mai-Juin 2006. Pages 4-7.

Contexte :

Ce chercheur allemand a proposé un texte dans un français éxécrable à la revue Population & Avenir. J’ai dû le ré-écrire entièrement en ajoutant un certain nombre d’éléments et en modifiant sensiblement le plan. Contrairement à l’intitulé (avec le concours de), ce fut une véritable co-publication !

Résumé :

Jusqu’aux années 1970, les évolutions du mouvement naturel sont identiques entre l’Allemagne de l’Est et celle de l’Ouest, les différences concernant uniquement le mouvement migratoire. Puis, la baisse brutale de la fécondité entraîne dès 1972 un déficit naturel sur l’ensemble de l’Allemagne , même si à l’Est la politique familiale permet au début des années 1980 une remontée de la fécondité. Au début des années 1990, la forte immigration d’Europe orientale (dont des aussiedlers) entraîne une croissance démographique globale qui masque provisoirement la faible fécondité. Puis, à partir de 2005, du fait de la persistance de cette dernière pour des raisons variées, la population de l’Allemagne réunifiée se met à diminuer, à l’origine d’un vieillissement démographique très rapide. Néanmoins, la crise démographique allemande apparaît d’une ampleur inégale selon les régions, l’Est étant désormais de loin beaucoup plus touché. La crise économique produit de l’effondrement de l’économie socialiste conduit à une fécondité encore plus abaissé qu’à l’Ouest, qui, combinée à l’émigration des jeunes actifs vers l’Ouest, est à l’origine d’un net dépeuplement. Cette situation constitue un véritable défi pour l’aménagement du territoire à l’Est. Malheureusement, rien n’augure d’un inversement de la tendance.   

Commentaire :

La situation démographique de l’Allemagne ne s’est pas améliorée depuis l’écriture de cet article, connaissant même un dépeuplement important au moment de la crise économique de 2008-2009, du fait d’un solde migratoire devenu provisoirement… négatif ! Le dépeuplement commence à atteindre aussi l’Ouest, en particulier les bassins industriels de Rhénanie-Westphalie.

Impact :

Malgré un intérêt certain, l’article n’a jamais été cité !

Les évolutions des territoires français selon les enquêtes de recensement. Certitudes et interrogations.

novembre 6, 2011 1 commentaire

Référence de l’article :

Laurent CHALARD, Gérard-François DUMONT (2006). « Les évolutions des territoires français selon les enquêtes de recensement. Certitudes et interrogations ». Population & Avenir. N°677. Mars-Avril 2006. Pages 14-16.

Contexte :

Début 2006, l’Insee publie les résultats de la seconde enquête de recensement réalisée en 2005, qui confirme l’existence d’incohérences par rapport aux évolutions démographiques des périodes intercensitaires précédentes. En conséquence, cer article avait pour objectif de déterminer les évolutions qui paraissaient certaines de celles qui semblaient peu vraisemblables.

Résumé :

Depuis les années 2000, la paraurbanisation concerne un nombre accru de communes, et s’étend de plus en plus loin du coeur des agglomérations, comme le montre les exemples de trois aires urbaines : Toulouse, Lille et Limoges. Parallèlement, les migrations de retraites se sont accentuées, avec l’arrivée des classes nombreuses du baby boom à l’âge de la retraite, l’arrondissement de Gourdon dans le Lot en constituant un bon exemple. Cependant, l’existence d’ajustements importants par rapport au recensement exhaustif de 1999 interroge sur la validité des résultats, en particulier pour certaines grandes communes, où les écarts de population d’une année sur l’autre ne peuvent pas refléter une évolution réelle.

Commentaire :

Les certitudes de cet article ont été largement confirmées par la suite, comme les interrogations par ailleurs. Malheureusement, les variations des données chiffrées de la population des grandes communes d’une année sur l’autre démontrent la perte de qualité du recensement rénové, à tel point que beaucoup d’édiles de nos grandes communes en perdent leur latin, puisqu’ils ne comprennent pas pourquoi leur population diminue parfois d’une année sur l’autre alors que le taux de construction dans l’année écoulée a été élevé.

Impact :

Cet article fournissait de nouveaux arguments concernant le manque de fiabilité de la nouvelle méthode de recensement. Il fut le premier à être cité dans une revue majeure, en l’occurence Futuribles.

1) Cité dans l’éditorial de Futuribles N°319 par Hugues DE JOUVENEL (2006). « SOS. Information ! ».

2) Cité en note de bas de page n°9 page 5 par Gérard-François DUMONT (2006). Essai d’évaluation des résultats bruts du recensement rénové. 10 pages.

3) Cité en note de bas de page n°22 page 41 et en bibliographie par Gérard-François DUMONT (2008). Populations et territoires de France en 2030 : le scénario d’un futur choisi. L’Harmattan. 222 pages.

4) Cité en note de bas de page n°10 par Gérard-François DUMONT (2008). « La dérive des statistiques démographiques françaises ». URL : http://xdep.pagesperso-orange.fr/dumont08.html

5) Cité dans geographie-woessner. Note de bas de page n°11. « La France en villes. Problèmes de définitions ».